ABOUT ME

Sho-novembre-2016.jpg

Voyages

 

Après mes humanités artistiques à l’Institut Sainte-Marie d’Arlon (Belgique), j’ai continué mes études dans ce domaine à l’Institut Saint-Luc de Bruxelles, en section graphisme puis en infographie. Diplômée en 2001, j’ai travaillé une dizaine d'années au Grand-Duché de Luxembourg comme infographiste et webdesigner. Ce travail devenant aliénant, routinier et stressant, je l’ai délaissé au profit d’une carrière plus humaine, diversifiée et surtout bien plus artistique. C’est ainsi que j'en suis venue à explorer différentes techniques telles que la peinture à huile, l’acrylique, les encres, l'aquarelle, le collage, la glycéro, le dessin, etc.

Depuis mai 2018, je travaille avec la technique d'impression sur l'eau appelée Suminagashi. Sans oublier la céramique que j'explore depuis 2016.

 

Afin de pouvoir partager ces différentes recherches et apprentissages, j’ai choisis une voie mélangeant l’artistique et l’humain en devenant enseignante. Diplômée en pédagogie en 2016 (CAP) puis en 2019 (CAPAES), je n’ai de cesse de défendre l'Art et de plaider pour la cause de cette nécessité humaine qu’est la création.

 

Thématiques

 

L’imaginaire, l’onirisme, le hasard ainsi que le passage de l’inconscient au conscient forment les moteurs de mes recherches créatives. Grâce à l'utilisation de différentes techniques, mon intention plastique, visuelle et esthétique est de questionner l’individu sur le temps qui passe, sur ce qui reste de lui, de nous et de notre passage dans cet espace-temps.
 

Pour ce faire, en peinture, j’imprime le mouvement de l’eau grâce à une technique japonaise du 12ème siècle appelée Suminagashi (peinture en suspension sur l’eau). Celle-ci m’offre une infinité de possibilités techniques, visuelles et expressives. Chaque visuel est ainsi unique à l’image de chaque seconde qui passe. Ce que m’offre le mouvement de l’eau, c’est l’instantanéité du moment, le «ici et maintenant».

Quant à la céramique, je cherche à symboliser l’essentiel de l’individu, son essence même, ce qui le relie au monde et à lui-même. Ici, simplicité et dépouillement formel afin de traduire la verticalité de l’être, sa transcendance mais aussi sa profondeur et son histoire.